Retour sur la crue du 11 juin 2018

De fortes précipitations ont touché le bassin versant entre la fin du mois de mai et le début du mois de juin. De nombreux orages violents se sont succédé sur le bassin, saturant ainsi les sols en eau.

Le lundi 11 juin aux alentours de 16h, un violent orage a éclaté sur Tarare et ses environs.

Le niveau de la Turdine est monté très rapidement, dépassant le seuil de vigilance (en jaune sur le graphique ci-dessous) à 16h45 et celui d’alerte (en rouge sur le graphique ci-dessous) à 17h15.

L’orage étant plutôt localisé sur le bassin de la Turdine, l’eau n’est que très peu montée sur la Brévenne et ses affluents.

Suivi des hauteurs d’eau sur la station Turdine à Tarare

 

La hauteur d’eau maximale relevée sur la station de mesure de Tarare (11/06/18 à 19h00) était de 2,059 m.

Des débordements locaux de la Turdine ont été observés :

  • A Tarare, la Turdine est sortie de son lit au niveau du centre technique municipal à 17h30 et sur le boulevard de la Turdine à 17h45 ; La circulation a été fermée vers 18h00.
  • A Pontcharra sur Turdine, elle n’a pas débordé dans le centre et est sortie légèrement au niveau du garage Citroën à l’entrée de la commune.
  • A l’Arbresle, la Turdine a débordé au niveau du Parking Sainclair sur une bande de 5m de large à 21h30.

Sur la Turdine, les niveaux d’eau sont montés très rapidement, dès les premières précipitations. L’orage étant violent, la réponse a été immédiate : entre 15h45 et 19h00, la Turdine est montée de 1m20.

La retenue de Joux étant pleine dès le début de l’orage, celle-ci n’a pas joué de rôle de tampon.

La Turdine a fait l’objet d’une surveillance accrue de la part du SYRIBT mais également des agents de Tarare et Pontcharra sur Turdine.

La décrue s’est amorcée vers 21h50.

Le Torranchin, affluent de la Turdine qui descend de Saint Forgeux à Pontcharra sur Turdine, est monté de façon plus lente et progressive.

D’après les premières estimations, l’épisode de crue serait d’occurrence vingtennale sur la Turdine.

Le retour d’expérience de cet événement a permis de dresser un constat positif de la chaîne d’alerte humaine et de la gestion de crise par les communes en condition réelle.

Le système d’alerte humain ou réseau « sentinelles » s’est montré efficace et fonctionnel. Le SYRIBT a pu observer la transmission des messages de vigilance et d’alerte sur le bassin versant entre élus et sentinelles. Les centres de vigilance (Tarare, Pontcharra sur Turdine, L’Arbresle, Ste Foy l’Argentière, Sain Bel et Lozanne) sont restés attentifs à l’évolution de la situation en s’informant auprès des communes de l’amont et en suivant la montée des eaux des six stations de mesures automatisées du SYRIBT. Un échange d’informations s’est naturellement mis en place entre les services techniques de Tarare et le SYRIBT, ce qui a permis de savoir en temps réel ce qui se déroulait en tête de bassin ; le SYRIBT a ainsi pu relayer les informations à la commune de l’Arbresle.

La commune de l’Arbresle était bien préparée pour faire face à cet évènement malgré une montée des eaux brutale et inattendue en fin d’après-midi avec l’accentuation des précipitations. Elle a pris très tôt des mesures préventives. Elle a d’abord prévenu la population via son système d’appels en masse et les réseaux sociaux pour permettre notamment la mise à l’abri des véhicules stationnés sur les parkings en bord de rives.

La commune de L’Arbresle souligne l’effet écrêteur de l’ouvrage de St Romain et les bénéfices des travaux sur le secteur Sapéon : sans ces deux aménagements les débordements auraient pu être bien plus importants le long de la Turdine.

Les débordements sont restés très localisés et ont fait assez peu de dégâts sur le bassin versant. Cette crue a permis de tester l’efficacité du réseau sentinelle, du réseau automatisé et des travaux d’aménagements de berges réalisés.

 

Zoom sur l’ouvrage de ralentissement dynamique de Saint Romain de Popey: 

L’ouvrage de ralentissement dynamique de St Romain a bien joué son rôle en stockant une grande quantité d’eau. La retenue d’eau s’est stabilisée une cinquantaine de cm en dessous de l’évacuateur de crue (l’organe qui permet la surverse du barrage lorsque celui-ci est plein)

Beaucoup d’embâcles se sont accumulés en amont de l’ouvrage engendrant un remplissage plus important qu’en fonctionnement classique. Le maître d’œuvre du SYRIBT est en train de faire des études d’adaptation de la grille du pertuis permettant une meilleure évacuation de ces embâcles.

Le barrage écrêteur de crue de Saint Romain le 11 juin 2018 à 20h.