Projet de construction de barrages sur la Turdine et restauration écologique

Les deux chantiers du moment – la construction du barrage écrêteur de crue à Saint-Romain-de-Popey et la restauration écologique de la Turdine à Bully – ont débuté à la fin de l’été. Les travaux ont déjà bien avancé à Saint-Romain et sont terminés à Bully. La crue du 22 novembre dernier a cependant causé quelques dégradations sur les chantiers. Le point sur ces deux chantiers.

 

  •  Le barrage écrêteur de crue à Saint Romain :  

Le début d’automne très clément a permis à l’entreprise Vinci, titulaire du marché, de terminer toute la partie « fouilles » du chantier dans de très bonnes conditions. En effet, avant de remblayer, il faut creuser pour s’ancrer sur des terrains très stables.
Puis la mise en place du remblai a pu commencer, pendant qu’en parallèle l’entreprise Vallorge démarrait la pose du pertuis. Le pertuis est la galerie qui fera passer la Turdine sous le barrage. Les deux premiers éléments ont été posés, puis un arrêt du chantier a été nécessaire afin que les entreprises finalisent un ensemble de plans d’exécution.

L’épisode de crue du 22 novembre n’a pas créé de dommages sur l’ouvrage en construction, mais la dérivation provisoire de la Turdine a cédé sur sa partie aval, emportant une quantité importante de terre, pierres, bois dans le pré voisin. La reconstruction de ce dispositif a démarré fin décembre, et sera finalisée en janvier, permettant ensuite la reprise de la construction de l’ouvrage.

 

  • La restauration écologique de la Turdine à Bully

Au cours des mois de septembre et octobre 2016, le Syribt a procédé à une opération de « renaturation » de la Turdine dans le secteur des Fours-à-Chaux sur les communes de Bully et Savigny.

Un tronçon de la Turdine de 1 100 mètres a fait l’objet de travaux de terrassement. L’objectif est de permettre à la rivière de remodeler son tracé de manière plus naturelle afin de diversifier sa morphologie, garante d’un fonctionnement écologique optimal.

Ainsi, les protections de berges en enrochement ont été évacuées, un ancien seuil hors d’usage a été supprimé et un passage à gué détérioré a été reconstruit.

Quelques semaines après la fin des opérations de terrassement, est survenu un épisode pluvieux d’ampleur importante générant des débits de crue proches de l’occurrence décennale. Les talus fraîchement remaniés et pas encore végétalisés ont subi des érosions importantes.

Cette évolution de la Turdine correspond aux objectifs écologiques du projet. Toutefois, la proximité des érosions générées avec des parcelles agricoles à fort intérêt pour le propriétaire exploitant amènera le Syribt à envisager de nouveaux moyens pour préserver l’évolution naturelle de la rivière tout en limitant l’impact sur les riverains.

 

*****************************************************************************

RESTAURATION ECOLOGIQUE DE LA TURDINE A BULLY

Les travaux de restauration écologique des Fours à Chaux à Bully ont eu lieu au cours de l’automne 2016. Ce chantier a permis à la Turdine de retrouver un fonctionnement plus naturel.

En effet, un linéaire d’environ 1 km de rivière a été restauré avec différentes opérations :

  • enlèvement d’une ancienne passerelle menaçant de s’effondrer,
  • suppression d’un seuil et aménagement d’un autre,
  • suppression d’enrochements anciens,
  • terrassement des berges en pente douce afin de redonner de la place à la rivière en crue,
  • plantations d’arbres et d’arbustes…

Ce type de travaux permet de retrouver un fonctionnement de la rivière plus proche du naturel : possibilité de s’étendre en cas de crue, de ne pas trop se réchauffer en été, avec de meilleures conditions pour la faune et la végétation, une meilleure qualité de l’eau…

 [Thème "responsive" non trouvé]

CONSTRUCTION DU BARRAGE ECRETEUR DE CRUE A ST ROMAIN DE POPEY

La construction du barrage de stockage des crues sur la Turdine à Saint Romain de Popey a débuté mi-août 2016.

Le SYRIBT développe plusieurs axes d’action pour mieux gérer les risques d’inondation. L’une de ces actions est la construction de  barrages de ralentissement des crues.

Un document de présentation simplifié du projet est disponible.

Le principe
Ces barrages, appelés « ouvrages de ralentissement dynamique », « barrages écrêteurs », ou encore « retenues sèches », sont implantés en travers du cours d’eau. Ils ressemblent un peu à un pont qui barre  la vallée, mais dont l’ouverture (qu’on appelle le pertuis) est beaucoup plus petite que celle d’un pont.
Lorsque le débit de la rivière sera « normal », l’ouvrage n’aura aucun effet sur l’écoulement, la rivière passera dessous sans modification. Mais dès  que la rivière commencera à être en crue, l’ouverture s’avérera « trop petite », et l’ouvrage stockera de l’eau à l’amont : le débit en sortie de l’ouvrage sera bien moins important que ce qui arrivera en amont : il sera régulé par le pertuis.
Outre le fait de diminuer l’inondation en aval du barrage, ces ouvrages ont un rôle important dans le retardement de la crue.

Comment ça fonctionne concrètement? 

Sans barrage :

  A l’état normal                                                                            En temps de crue

 

 

 

 

 

Avec barrage :

A l’état normal                                                                              En temps de crue

 

 

 

 

 

 

 

Voir l’animation