Les têtes de bassin

Les parties sommitales des bassins versants font partie des secteurs les plus remarquables du bassin versant par la qualité des milieux naturels qu’ils abritent. Leur position dominante les exempte de toute perturbation pouvant survenir de l’amont, et les reliefs souvent chahutés limitent l’intensivité des activités humaines.

Ces paramètres structurants confèrent ainsi à ces espaces dits « de tête de bassin versant » une valeur « patrimoniale » forte, cette notion abstraite tentant d’évaluer l’intérêt représenté par une zone en fonction de sa rareté.
L’activité humaine sur ces secteurs est généralement extensive. Qu’elle soit agricole ou sylvicole, les contraintes liées aux conditions climatiques limitent fortement les rendements.

Toutefois, quelques perturbations peuvent être observées. Elles concernent essentiellement :

  • Des drainages  ou remblaiements de zone humide afin de permettre leur accès aux engins mécanisés.
  • Des plantations d’arbres inadaptés aux terrains (résineux en zone humide ou bord de cours d’eau).
  • La destruction de ruisseaux par circulation des engins mécanisés dans le lit.

Si ces atteintes aux milieux naturels restent localisées, leurs conséquences sont amplifiées par la rareté des milieux auxquels elles portent préjudice.

Ainsi, la préservation de ces espaces  nécessite une concertation importante de l’ensemble des acteurs concernés afin de concilier l’activité humaine structurant ces espaces avec la nécessité de leur préservation.