Amélioration de la qualité de l’eau

LE CONTEXTE

Afin de connaitre l’état de pollution de nos cours d’eau, un suivi de qualité de l’eau a été mis en place sur le bassin versant à partir de plusieurs points de prélèvement :

  • Sur la Turdine à l’Arbresle et sur la Brévenne à Sain Bel. Ces deux stations sont des points de suivi régionaux.

Qualité de la Brévenne à Sain Bel 

Qualité de la Turdine à l’Arbresle  

  • Sur la Brévenne à Lozanne, au point de fermeture du bassin versant. C’est le point de référence du suivi qualité du contrat de rivières au cours de la période 2009-2016.

Les principaux dysfonctionnements de notre bassin :

  • La concentration en nitrates est élevée en hiver sur la Brévenne, surtout sur la partie amont. Ils peuvent provenir de rejets domestiques ou agricoles (élevage, fertilisation) et révèlent une contamination de fond par les nitrates d’origine agricole dès la tête de bassin. Les nitrates peuvent provenir du lessivage des sols en hiver ou de rejets, en cas de sous-dimensionnement ou dégradation des cuves de stockage des effluents.
  • La qualité des cours d’eau est médiocre au regard du paramètre « matières phosphorées », qui est d’ailleurs souvent le plus déclassant pour la qualité des cours d’eau de notre bassin versant. Ce constat est fortement aggravé en période d’étiage. Les éléments phosphorés proviennent des rejets domestiques (classiquement non traité dans les stations d’épuration) et de l’élevage.
  • On retrouve de nombreux micropolluants (hydrocarbures, PCB, pesticides…) et métaux lourds (cuivre, zinc, plomb…) dans les sédiments. Ils peuvent provenir en petite partie du fond géochimique mais reflètent surtout l’activité industrielle et les rejets associés (passés ou présents).
  • A chaque analyse, le constat est le même : on retrouve plusieurs molécules de pesticides. Ce sont en majorité des herbicides, et la grande championne est la molécule de glyphosate et son dérivé, l’AMPA. Toutefois, les molécules retrouvées n’ont pas une origine précise et sont utilisées aussi bien dans le monde agricole que non agricole : les communes dans les espaces publics (trottoirs, cimetière, terrains de sport…), les particuliers dans leur jardin et cour, la SNCF…
NOS ACTIONS

 

Mise en place de plans de désherbage pour les communes du bassin versant.

Maître d’ouvrage : SYRIBT
Lieu :
 Tout le bassin versant Brévenne-Turdine

Financement : poste de technicienne phytosanitaire aidé à 50% par l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse
Budget : réalisation en interne par la technicienne « phytosanitaires ».

Description : Le bassin versant Brévenne Turdine est soumis à de fortes pressions concernant les produits phytosanitaires, qui peuvent avoir une origine agricole mais aussi non agricole.

Parmi les utilisateurs de produits phytosanitaires, les collectivités (communes, communautés de communes) s’en servent pour l’entretien de leurs espaces (trottoirs, espaces verts, stade, cimetière…). Plus de 40 communes du bassin versant ont bénéficié de plan de désherbage depuis le début de l’action en 2010 : un diagnostic des pratiques de désherbage ainsi qu’un plan d’action (lieux prioritaires à l’arrêt des produits phytosanitaires, proposition de nouvelles méthodes d’entretien…) sont proposés aux communes qui le souhaitent afin de diminuer leur utilisation de produits phytosanitaires.

Afin de soutenir les communes dans leurs actions de réduction de pesticide et inciter d’autres communes non engagées dans la démarche, une charte d’entretien des espaces publics avec pour objectif zéro pesticide se met en place au niveau régional. Actuellement, une trentaine de communes du bassin versant ont signé la charte.

Depuis janvier 2017, la réglementation interdit aux communes d’utiliser des pesticides pour l’entretien des voiries, espaces verts, zones de promenade et dans les forêts.

Pour plus d’informations : sites des partenaires régionaux : la CROPPP et la FREDON Rhône Alpes

 

Achat de matériel de désherbage alternatif

Maître d’ouvrage : SYRIBT
Lieu :
 Tout le bassin versant Brévenne-Turdine

Financement : 40 à 80% Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse
Description : Cette opération est un prolongement des plans de désherbage et consiste à aider les communes à investir dans l’achat de matériel de désherbage alternatif.

Il existe différentes méthodes pour remplacer le désherbage chimique. Les méthodes mécaniques enlèvent les herbes indésirables soit par le travail superficiel du sol, soit par une action de déchiquetage ou de coupe de la plante (brosses de trottoirs, balayeuse de voirie, binette sarcleuse électrique, rotofil…). Les méthodes thermiques consistent à créer un choc thermique sur la végétation qui est alors détruite. Il suffit de chauffer la plante une ou deux secondes pour faire éclater les cellules et observer son élimination après quelques jours. 

Toutefois, malgré le développement de nombreuses méthodes, il n’existe pas de solution pour atteindre le même résultat qu’avec le chimique.

Une réflexion sur l’aménagement ou le réaménagement des espaces doit être menée en parallèle afin d’obtenir un entretien satisfaisant.

 

Sensibilisation des jardiniers amateurs à la réduction des produits phytosanitaires

Lieu : Tout le bassin versant Brévenne-Turdine

Partenariat : ESQESE (Université Catholique de Lyon)
Financement : 80% Agence de l’Eau Rhône Méditerranée et Corse.

Description : Outre les communes et les agriculteurs, les particuliers sont aussi des consommateurs importants de pesticides pour l’entretien de leurs cours et jardins (herbicides, fongicides ou insecticides…).

C’est pourquoi, depuis 3 ans, au printemps, le SYRIBT mène des enquêtes auprès des particuliers sur les marchés et en magasin de jardinage, accompagnés d’étudiants en formation « Qualité, Sécurité et Environnement » de l’université catholique de Lyon (ESQESE).

L’idée est de connaître les pratiques de jardinage et d’entretien des espaces extérieurs des particuliers, et surtout de les sensibiliser à la non-utilisation de pesticide. En effet, la réglementation évolue et d’ici 2019, les jardiniers ne pourront plus utiliser de produits phytosanitaires chez eux.

Afin de rendre plus concrète notre démarche, des ateliers de jardinage et des conférences sont organisés au fil de l’année : dans les jardins partagés de L’Arbresle et Lentilly ou encore à Pontcharra-sur-Turdine en 2016 par exemple. Ces moments d’échange permettent aux participants de repartir avec des astuces pour bien réussir son jardin naturellement.


Un guide de jardinage sans pesticide est disponible sur demande auprès d’Anne-Fleur Vaillant (au 04 37 49 70 89 ou annefleur.grand@syribt.fr).

Voir le guide de jardinage 

  

Journées de sensibilisation et achat de matériel de désherbage alternatif pour des agriculteurs du bassin versant.

Maître d’ouvrage :
 SYRIBT
Lieu :
 Agriculteurs de 10 CUMA du bassin versant : CUMA des Bigarreaux (Bessenay), CUMA de Nuelles, CUMA de Saint Loup, CUMA des Sauvages, CUMA des 4 saisons (Haute Rivoire), CUMA de la Baronne (Meys), CUMA d’Entremonts (Montrottier), CUMA de Sarcey, CUMA de St Germain, CUMA de Bibost pour l’achat de matériel / Tout le bassin versant.

Financement : Achat de matériel : 40% Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse, 40% FEADER (Europe), 20% CUMA.
Budget : Achat de matériel : 169 000 € HT

Description : Des journées de sensibilisation et démonstration de matériel sont proposées aux agriculteurs du bassin versant en collaboration avec la Chambre d’Agriculture du Rhône. Le but de ces journées est d’apporter des solutions aux exploitants pour réduire leur utilisation de pesticides.

Début 2013, une action d’aide à l’achat de matériel agricole de désherbage alternatif pour les agriculteurs a été mise en place par le syndicat de rivières.

Des agriculteurs de 10 CUMA (Coopérative d’Utilisation de Matériel Agricole) se sont portés volontaires afin d’utiliser ces méthodes et ainsi réduire leur utilisation de produits phytosanitaires. Au total, ce sont donc presque 20 matériels différents qui vont servir à la diminution des produits phytosanitaires sur le bassin versant Brévenne Turdine.

Ces matériels sont les suivants : des herses étrilles pour les céréales, des bineuses à maïs ou encore des outils de travail du sol inter-rangs/inter-plants dans les vignes fonctionnant par travail du sol entre les rangs de cultures. Des broyeurs servent à l’entretien sous les arbres en arboriculture ou sous les clôtures. L’objectif est de remplacer un ou plusieurs traitements d’herbicides par un désherbage mécanique.