Un milieu vivant

La rivière est un milieu naturel vivant, dépendant notamment des écosystèmes terrestres ou semi aquatiques qui la bordent. Lieu de vie des espèces qu’elle abrite, elle est aussi un outil précieux pour l’homme : elle lui fournit l’eau dont il a besoin pour s’alimenter, pour abreuver ses élevages et irriguer ses cultures, pour ses usages domestiques ou industriels. Elle offre aussi son énergie et, depuis plus récemment dans l’histoire, elle est aussi un espace pour les loisirs. La rivière est donc un bien précieux essentiel à l’humanité et de son équilibre écologique dépendront les usages que nous pourrons continuer à en faire.
La politique publique de l’eau, qui s’inscrit depuis les années 1970 dans un cadre européen, a donc pour objectif de garantir ou restaurer un bon état écologique des milieux aquatiques, qui, selon la Directive cadre sur l’eau du 23 octobre 2000, devra être atteint en 2015.

Sur le bassin versant Brévenne-Turdine comme sur tous les autres, l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau et la restauration de la qualité des milieux aquatiques est donc un enjeu environnemental et humain. C’est aussi un enjeu de solidarité puisque la résolution des problèmes liés aux cours d’eau doit prendre en compte le lien amont-aval. C’est dans ce sens qu’a été créé le Syndicat de Rivières, qui met au même niveau de décision les différentes collectivités “amont” et “aval”.