Des études pour prévoir les futurs travaux en rivières

Décembre 2016

Deux études viennent de débuter afin d’envisager des travaux de restauration sur deux cours d’eau : la première sur la Brévenne à la Giraudière et la seconde sur le Torranchin et la Turdine à Pontcharra-sur-Turdine. Parmi ces aménagements, un accroissement de la largeur des cours d’eau dans ce secteur sera étudié car il pourrait engendrer des gains significatifs sur la qualité du milieu et la protection des enjeux situés à proximité. 

A la Giraudière

La Brévenne traverse le hameau de la Giraudière (communes de Courzieu, Bessenay et Brussieu) sur environ 700 mètres linéaires, en subissant des perturbations sérieuses. En effet, la forte densité des aménagements sur ce tronçon (route départementale 50, centre d’apprentissage, stade de football, station d’épuration, traversées de réseaux, etc.) engendre de nombreuses perturbations sur son fonctionnement, induisant une sensibilité importante au risque d’érosion et de débordement.

C’est pourquoi, depuis la fin 2016 et pendant le premier semestre 2017, le Syribt mène une étude afin d’envisager les aménagements réalisables pour améliorer la situation. Les deux objectifs principaux des futurs travaux seront de sécuriser les biens et les personnes en cas de crues et de redonner à la rivière un fonctionnement plus proche du naturel. Bien entendu, les aménagements à réaliser sur ce secteur seront sélectionnés en fonction des bénéfices attendus sur ces deux paramètres.

seuil et pont à la Giraudière

A Pontcharra sur Turdine

Pontcharra-sur-Turdine se situe à la confluence de la Turdine avec l’un de ses plus gros affluents, le Torranchin. En plus d’être très dégradé écologiquement, le secteur du Commodo est souvent fortement touché par les crues et les débordements.

En effet, la présence de certains ouvrages (seuils en rivière) dont l’usage est abandonné semble accroître la fréquence des débordements au niveau de la route de Verdun, l’une des voies principales de la commune.

C’est pourquoi une étude est lancée depuis la fin 2016 sur le tronçon aval du Torranchin et la Turdine dans ce secteur. Son but est d’envisager les aménagements réalisables. Un accroissement de la largeur des cours d’eau dans ce secteur sera étudié car il pourrait engendrer des gains significatifs sur la qualité du milieu et la protection des enjeux situés à proximité. 

Le seuil du Comodo